Ne croyez pas vos yeux… ou changez de lunettes

A quand remonte votre dernière visite chez l’ophtalmo ? Et bien si cela ne fait pas longtemps, vous pouvez faire une réclamation, car vous devrez peut-être changer de lunettes.

Faisons un test. Que voyez-vous dans cette image ?

optical201

fleche_bas_bleue

Un homme de face ? Un homme de profil ?

***

Et là ?

optical8-the-mask-of-love

fleche_bas_bleue

Un masque ? Un couple qui s’embrasse ?

***

 

Dans quel sens tourne la danseuse ?

danseuse
Essayez de la faire tourner dans l’autre sens en vous concentrant sur l’image. Si vous avez réussi, alors vous avez des dons psychiques. Si vous n’y arrivez pas, vous pouvez toujours acquérir ces dons psychiques. Laissez-moi vous expliquer comment. Lisez les instructions en entier avant de faire défiler jusqu’à l’image.
Observez l’image ci-dessous en cachant d’abord l’image de gauche avec une feuille ou un livre. Remarquez dans quel sens tourne la danseuse. Puis ensuite, cachez l’image de droite et regardez dans quel sens tourne la danseuse.
fleche_bas_bleue

   C’est juste après…

fleche_bas_bleue
526751optical2
fleche_bas_bleue
Les traits vous montrent là où vous devez focaliser le regard pour pouvoir voir la danseuse tourner dans un sens ou dans l’autre.

***

Que voyez-vous sur cette photo et comment réagissez-vous ?

publicité mixer

***

Et là ?

hommes-femmes-ordi
Vous avez tous regardé les mêmes images et pourtant vous y avez vu des choses différentes. Et surtout, vous avez eu des réactions différentes par rapport à ce que vous avez vu.
J’ai fait ce test en formation et j’ai eu des réactions qui allaient de l’amusement à la parfaite indignation !!!
Tout est une question de perspective…

Alors pourquoi ne percevons-nous pas tous les mêmes choses ?

 

C’est parce que nous sommes bombardés par des millions d’informations tous les jours et notre cerveau conscient (qui ne représente qu’une faible partie de notre cerveau) ne peut gérer cette masse de données. Alors pour éviter de s’encombrer, le cerveau opère un tri des informations pour ne retenir que ce qui est pertinent actuellement. Par exemple, vous venez d’acheter une nouvelle Volkswagen Beetle et, tout d’un coup, vous remarquez que les routes sont envahies de Volkswagen Beetles. Est-ce que ça veut dire qu’elles n’étaient pas là auparavant ? Non, c’est juste que vous ne les aviez pas remarquées parce qu’elles ne représentaient aucun intérêt pour vous à ce moment-là. Votre cerveau a fait ce que l’on appelle en PNL (programmation neuro-linguistique) une omission, c’est-à-dire que le cerveau a supprimé cette information de votre expérience.

 

Le cerveau opère aussi ce que l’on appelle des distorsions. Dans l’exemple des images ci-dessus, vous avez tous regardé les mêmes photos et vous y avez vu des choses différentes et surtout, vous avez eu des réactions différentes. Pourquoi ? C’est parce qu’en fonction de son vécu, de ses valeurs et croyances, de son état du moment, etc., on va venir ajouter son contenu à ce qu’on voit et à ce qu’on entend. Il faut donc distinguer les faits de leur interprétation.

 

Un 3e type de filtre utilisé par le cerveau est la généralisation. On fait une généralisation quand on prend un ou des faits isolés et on en fait une généralité. Par exemple, les garçons aiment le bleu et les filles aiment le rose. Les femmes n’ont pas le sens de l’orientation, les hommes ne savent pas faire plusieurs choses en même temps.

 

Les filtres utilisés par le cerveau pour trier l’information diffèrent d’un individu à l’autre. Ils dépendent par exemple du vécu de chacun, des valeurs et croyances, des attitudes et des décisions prises dans le passé. Ces filtres déterminent donc comment on vit chaque expérience de sa vie. Une personne avec une attitude optimiste va chercher le positif dans chaque situation. Elle va remarquer ce qui va plutôt que ce qui ne va pas. Les filtres sont comme des paires de lunettes à travers lesquelles on regarde sa réalité. Deux personnes peuvent vivre la même expérience, une va en ressortir grandie alors que l’autre peut se lamenter sur le sort qui s’acharne sur elle.

 

En prenant conscience de ses filtres, on apprend à dissocier les faits de leur interprétation. On prend du recul par rapport aux situations. On se rend compte que quand on réagit de manière disproportionnée, c’est peut-être qu’on a regardé la scène à travers les verres du passé. Prendre du recul ne veut pas forcément dire se résigner à accepter les choses. Prendre du recul, c’est ne pas laisser les émotions dicter son comportement. Prendre du recul, c’est se distancer pour pouvoir mieux appréhender la situation et choisir la réaction la plus adaptée ou le comportement le plus approprié. Enfin, comme le dit très bien Richard Bandler, cocréateur de la PNL, dans son livre “Using your brain for a change“, c’est être le chauffeur de son propre bus au lieu d’en être le passager.

0 comments