Qui suis-je pour avoir un impact ?

Récemment, au cours de différentes conversations que j’ai eues avec des amis et collègues qui sont dans des métiers d’accompagnement, une question est fréquemment revenue :

“Qui suis-je pour enseigner ou transmettre ? Qui suis-je pour avoir un impact sur qui que ce soit ?”

Que vous soyez dans l’accompagnement ou pas, sachez que chacun peut faire bouger les choses à son niveau. Nous n’aurons peut-être pas l’impact d’un Gandhi ou d’un Mandela, mais nous avons très certainement un impact, ne serait-ce qu’avec les gens de notre entourage.

Je veux partager cette fable avec vous qui illustre bien ce point.

 

Etoile de mer dans le sable

 

Un jeune homme marche le long de la plage et voit, au loin, ce qu’il croit être des points noirs éparpillés sur la plage, ainsi que la silhouette d’une vieille femme.

Elle se baisse, puis se rend jusqu’au bord de l’eau, et là, lance quelque chose dans la mer ; ensuite, elle revient sur ses pas, se baisse de nouveau, ramasse quelque chose encore, pour retourner le lancer dans la mer.

Tandis qu’il s’approche, il s’aperçoit que la plage est jonchée d’étoiles de mer, que la marée, se retirant trop rapidement, a laissées derrière elle. Des centaines d’étoiles de mer se meurent sur la plage, et la vieille dame les saisit l’une après l’autre, va jusqu’au bord de l’eau et les jette à l’eau. Le jeune homme, frappé par l’impossibilité de la tâche, lui dit : “Dieu sait pourquoi vous faites cela ! Pourquoi vous donnez-vous toute cette peine ? Vous n’arriverez jamais à en sauver assez pour que ça change quoi que ce soit !” La vieille dame lance encore une autre étoile dans la mer et crie dans le vent : “ça change quelque chose pour celle-ci !

 

Etes-vous comme ce jeune homme qui, frappé par l’impossibilité de la tâche, se décourage avant même de commencer ?

Ou êtes-vous comme cette femme qui croit en la valeur de ce qu’elle fait peu importe la portée ?

 

A la fin de votre vie, si vous pouvez dire que la vie d’une personne a changé grâce à votre rencontre, alors votre présence aura fait une différence pour cette personne. Si chacun peut impacter ne serait-ce qu’une seule personne dans son entourage et que cette personne impacte une autre personne, imaginez la chaîne de transformation qui peut se créer. Et cette chaîne, si elle atteint une masse critique, pourra faire changer le monde. Mais même si on n’a pas l’ambition de changer le monde, on peut néanmoins impacter la vie des personnes qui sont autour de soi.

 

On parle bien ici d’impacter les gens et non de les changer. Il est futile de vouloir changer qui que ce soit. La seule personne que l’on peut changer, c’est soi-même. En se libérant de ses conditionnements limitants et en guérissant ses blessures, on se change, ou plutôt on permet à son être profond de s’exprimer davantage.

 

Mais, on se cache bien souvent derrière des excuses du type : ” Je ne suis personne.”, “Je ne sais rien faire. Qu’est-ce que je pourrai bien apporter aux autres ?” On se dévalorise. On ne se voit pas à sa juste valeur.

Marianne Williamson dit que :

“Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur,

Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toutes limites.

C’est notre propre lumière et non notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nous nous posons la question… Qui suis-je, moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux ?

En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ?”

 

marianne_williamson

 

 

 

 

 

 

Vous êtes unique. Vous avez quelque chose d’unique à apporter au monde. Soyez qui vous êtes. Reconnaissez votre propre valeur. Chaque personne qui vivra pleinement sa vie dégagera un rayonnement. Ce rayonnement touchera qui ça doit toucher. Il n’y a rien d’autre à faire.

0 comments